Les mains libres

Aktualisiert: 11. Dez 2020


Un de mes enfants ne se déplaçait jamais sans quelque chose dans ses mains, des legos dans l’une, des petites voitures dans l’autre. Pour traverser la rue, il me donnait le poing. Plus tard ce sera une bd, un manga, un skateboard. Comme il avait toujours les mains « occupées », il lui était difficile de mettre son manteau ou de prendre la glace qu’on lui tendait. Ce que d’autres font avec deux mains, lui le fait avec une. Très tôt il a tenu à apprendre à faire du vélo sans les mains.

Pour avoir les mains libres, il faut donc commencer par les vider. Pour cela il faut les ouvrir.

Ensuite, on peut continuer à les libérer en lâchant les tensions qui s’installent dans les doigts, le pouce, les paumes. On abandonne le besoin d’agripper ou de prendre. Faisons l’expérience suivante : Posons un verre d’eau devant nous. D’abord les mains se tendent vers le verre. Elles sont dans l’action de s’ouvrir. Une fois en contact avec le verre, on évite de le saisir. On observe alors que les mains reposent sur le verre, les doigts se recourbant naturellement autour du lui. La peau adhère à l‘objet. Nul besoin de le tenir ou de le serrer. La peau, collant au verre, la main, se moulant autour dans la détente, suffisent à l’empêcher de tomber. Les mains sont pleines, réceptives et dans l’accueil. Elles sont libres.


15 Ansichten0 Kommentare

Aktuelle Beiträge

Alle ansehen